Accueil| Association|Histoire|René de Roys
Résistance et Déportation
|Notre Région|Archives, Bibliothèque
Iconographie, Bibliographie
|Forum
Site en français Site in English 

Introduction








« La concorde fait prospérer les moindres choses »








Depuis 1942 et les temps difficiles de l'occupation allemande 1942, le site et le parc du château de Saint Ange accueillait des troupes scoutes, généralement pour leur camp de grandes vacances.

Certains de leurs chefs feront partie de la Résistance, l'un d'eux sera déporté. Ce chef scout prestigieux, Pierre Gaux, dont ceux qui l'ont connu se souviennent encore, infatigable animateur des chantiers de jeunesse et chef de la troupe scoute seine-et marnaise de Melun, après avoir été arrêté sur dénonciation, torturé à La Kommandantur de Melun, sera déporté.
Il reviendra des camps, mais mourra de maladie des suite des mauvais traitements et des privations qu'il avait du subir. Mais en fidélité à celui qui avait du être sinon son chef du moins son inspirateur, le «  Commandant de Roys » le « Michel » de la Résistance, à peine rentré des camps, et malgré le handicap de sa condition physique, il reprendra immédiatement la tradition du grand camp annuel de sa troupe à Saint Ange.

La marquise de Roys, dont le mari lui n'était pas revenu des K.L. de la Déportation, amenait le soir à la veillée ses jeunes enfants et leurs cousins en vacances à Saint Ange.
Tous pouvaient chanter et prier avec les scouts de la troupe, organisés en carrés par patrouille, autour du feu de camp, installé au rond - point qui sépare les jardins sud des Charmille du parc de Saint Ange, au carrefour des allées de buis. (Les aînés des habitants de Saint Ange, étaient même invités à faire partir de la Troupe).
Les prières montaient pour espérer un monde meilleur, qui commencerait déjà avec l' l'engagement personnel et la générosité universelle qui sont les premières des marques les plus fondamentales de l'esprit du scoutisme.
Combien furent alors émouvantes les cérémonies de « Promesse », combien furent exaltants, le camp terminé les derniers chants et le tout dernier : « Ce n'est qu'un au revoir mes frères.. ».Ensuite, c'était le retour à pied vers la gare de Moret -les- sablons à 11 kilomètres , car bien sur les cars et les voitures particulières n'existaient pas.

Pierre Gaux avait avec ses scouts érigé un grande croix de bois, qui marquait vers l'est l'allée rouge, vers l'ouest l'allée de buis, vers le nord le jardin des charmilles, la limite des jardins de Saint Ange et du parc, et au sud le départ de l'allée de Madame.

En sa mémoire ce rond - point sera nommé « le Rond point de la Croix Scoute ».

Cette grande croix, le temps ayant fait son oeuvre, n'existe malheureusement plus aujourd'hui.

Par contre le scoutisme s'est perpétué très vigoureusement et très harmonieusement. Selon les années ce sont de 20 à 50 troupes qui viennent vivre et prier à Saint Ange.

Les « Amis de Saint Ange », encouragent et favorisent cette tradition d'accueillir bénévolement les scouts dans le Domaine et le site de Saint Ange ont décidé d'élever avec les plus grands des scouts, une croix bien sus plus modeste, qui a été érigée au lieu dit les «  Pentes du Parc », au sommet de l'allée qui longe au nord le parc de Saint Ange au lieu dit « les pentes du parc ».
Cette allée en son honneur et pour perpétuer sa mémoire a été rebaptisée « l'Allée Pierre Gaux ».

Ce nouvel emplacement entre parc et cultures agricoles est durablement organisé pour le campement des scouts, guides, louveteaux et Louvettes, car il offre beaucoup plus d'accessibilité et de commodités.
Les organisateurs des camps, qu'ils soient de courte ou de plus longue durée, peuvent très facilement recevoir toutes les informations nécessaires au choix de leur camp, et s'inscrire après clarification téléphonique.
Vous trouverez dans le lien Les scouts à Saint Ange , tous les renseignements qui peuvent vous être utiles.





Asa, Septembre 2008, indice 1 Nous contacter Revenir à l'introduction
-

© La Société des Amis de Saint Ange