Accueil| Association|Histoire|René de Roys
Résistance et Déportation
|Notre Région|Archives, Bibliothèque
Iconographie, Bibliographie
|Forum
Site en français Site in English 

Introduction























Le site de Saint Ange, aujourd'hui établi principalement sur la commune de Villecerf, est historique- ment indissociable de la seigneurie de Challuau, dont il faisait partie et portait le nom jusqu'en 1628.

Ce lien avec Challuau, est celui d'une co-seigneurie ou d'un arrière-fief avec sa seigneurie dont il dépend. Il portera jusqu'au milieu du XVI° siècle le nom de Beaumont les Challeau,même si cette emprise de Beaumont les Challeau aura été beaucoup plus grande,par l'inclusion d'autres arrière fiefs.
C'est en tout cas à Challeau que commence notre histoire, Challeau très puissante seigneurie au temps des premiers capétiens, et dont on ne connaît que des évènements fragmentaires, jusqu'à son déclin du début du XVI° siècle,qui va marquer dans le siècle qui suivra le développement de Dormelles, qui va devenir la seigneurie la plus riche et la plus prospère de la basse vallée de l'Orvanne, en conservant son statut de paroisse,avec ses deux églises et ses chapelles, à la mesure des cinq fiefs qui la composaient,alors que Challeau allait perdre son statut de paroisse, pour ne plus tenir que des droits de chapelle,et par cet aspect de la réalité devenir chaque jour davantage dépendant de la paroisse de Dormelles

Malgré des importants travaux et en dernier ceux de Jean Dumonthier, nombre de questions restent ouvertes, même si le vraisemblable d'une certaine réalité semble vouloir s'imposer; Mais les actes n'ont pas été trouvés,ou pour ceux trouvés n'ont pas été encore et en totalité transcrits et analysés.

Aux temps des Carolingiens et dans le haut moyen-âge des paroisses somment celles de Paley ou de Villemer, bien modestes aujourd'hui, étaient alors considérables, le nombre de leur habitants étant cinq à dix fois plus important. L'homme de notre temps a peine à le croire. Faut-il utiliser une possibilité de similitude, pour affirmer que Challuau était ou aurait pu être, une puissante seigneurie. On peut en douter, car il n'a pas subsisté dans la mémoire et les écrits, la moindre trace d'une église paroissiale, mais seulement celle d'une modeste chapelle détruite au siècle dernier.
Pourtant les seigneurs de Challuau, jusqu'au dernier d'avant la prise de possession par le Roi François I° et la Duchesse d'Etampes des terres et des droits de cette seigneurie, les Le Groing, sont tous des représentants de familles considérables depuis les premiers temps capétiens et jusqu'à la fin de la guerre de 100 ans.
Plus encore, Guérin Le Groing, Grand Officier de la Couronne, frère du Grand Maître de l'Artillerie Royale, et lui même Maître de la Cavalerie du roi Louis XI, se nomme et est nommé, avant toute autre désignation, Seigneur de Challuau alors qu'il est par ailleurs seigneur d'autres, nombreuses et importantes seigneuries en Bourbonnais ou dans le Sénonais ou comme près de Paris, la riche seigneurie de Saint Pierre le Moustier. Notable parisien de par ses fonction d'officier de la couronne, sa position sociale l'obligera à construire puis à agrandir de manière conséquente son bel hôtel parisien de la rue de Jouy, de tout l'angle qu'il va former avec la rue Percée,ce qui laissera de nombreux actes,donna t bien des explications sur sa vie celle de sa famille et de sa parentèle.

Ce sera donc une direction fondamentale pour les travaux de notre société, que d'essayer de faire progresser notre connaissance, par les recherches sur l'histoire familiale et patrimoniale de ces familles qui ont tenu la seigneurie de Challuau et Beaumont lez Challuau, comme celles qui ont tenu Dormelles et ses fiefs. (L'implication du Temple, l'absence de seigneur connu de Dormelles, avant Pierre le Charron au début du XVII° siècle, au lieu de faciliter les recherches, quelque part les complique )

Il semble productif de reprendre l'ordre de la chronologie des seigneurs confirmée par Jean Dumonthier, et avant que de s'intéresser à la période moderne, nos travaux s'organiseront ainsi :

Parcellaires des seigneuries de Challuau, de Dormelles et de ses fiefs Liens de Challeau avec les autres seigneuries
Les templiers à Dormelles: Ancel de Dormelles
Familles et personnes rendant hommage au Roi pour sa " grosse Tour " de Moret :
Guillaume de Villebéon
Gille Granche et  Gilette de Sarris
Jeanne de Changy   et Bouchard III de Montmorency
Guillaume de Montmorency   et Jeanne d'Andrézel
Denise de Montmorency     et Gaucher de Thorotte et d'Arzillier
                  Jean de Noës
                  Guillaume des Près
                  Guiot de Nesle
Georges de Marolles
Guérin Le Groing            Isabeau Taveau (sa seconde épouse)
Jean Le Groing               Marie Trousseau de Saint Palais
Jacquette Le Groing        Claude de Saint Avit

Qui vont précéder les temps modernes nés avec Anne de Pisseleu, Duchesse d'Etampes

 

Une première rubrique documentaire est donnée: Actes et aveux





Asa, Septembre 2008, indice 2 Nous contacter Revenir à l'introduction
-

© La Société des Amis de Saint Ange